Des premiers vêtements d’entraînement au karatégi

Le karatégi 空手衣 appelé également ; karatédogi 空手道衣.

Les premiers vêtements d’entraînement
Au cours du 19e siècle la pratique se faisait avec les vêtements du quotidien voire tout simplement en sous-vêtements ….ce qui à l’époque n’avait rien d’anormal ou d’immoral….En sous-vêtements下着mais uniquement quand les pratiquants en portaient… Ce qui n’était pas toujours le cas… Les nobles 按司de shuri 首里 avaient pour tradition de ne jamais en porter sous leur kimono 着物. Cette tradition s’est perpétuée pendant très longtemps. D’après les écrits des élèves du maître Funakoshi 船越先生 ; Quand celui-ci portait des vêtements anciennement en usage parmi les nobles à la cour des Ryūkyū ; il ne portait pas de sous-vêtements; Affaire banale pour la caste d’où il provenait. Il est à noter que pour ce qui concerne le Japon; dans le milieu de la voie du sabre; le kendō 剣道 la tradition était identique; pas de sous-vêtements sous les  vêtements d’entraînement.   Christian Faurillon karatehistorique.wordpress.com

Les vêtements pour le  » travail de la voie « se nommaient : Dōgi 道着, Dōgi 胴着 (synonyme) ou ,Dōii 道衣, Dōii 胴衣(synonyme). Peut être de là provient la tradition décrite plus haut de la pratique d’une seul couche de vêtement sur les reins. Cette pratique est encore en usage parmi des irréductibles qui pratiquent ainsi “nus “sous leur Dōgi 道着.
0218

Fig.0218- Fundoshi 褌 et caleçons mi-long.

À la fin du 19e siècle quand la pratique du karaté est sortie de l’ombre, les pratiquants n’avaient pas de vêtements types pour pratiquer. Chacun s’habillait comme bon lui semblait et surtout selon les moyens dont il disposait. Les premières photographies nous font découvrir des hommes diversement accoutrés et où le côté esthétique ne prime pas outre mesure. Les uniformes sont disparates, les judōgi 柔道衣 cotoient aussi bien les kendōgi 剣道衣que les tenues de ville occidentales ou japonaises.

0217
Fig.0217- Caleçons mi-long et fundoshi 褌.

Deux influences se partagent l’origine du karatégi 空手衣 actuel :

●Premiere influence : le judogi.
À Okinawa Le judō 柔道 a fait son apparition à la fin du 18e siècle; il était enseigné pour sa vertu pédagogique dans les écoles.

Le judogi lui même, doit beaucoup à la tradition vestimentaire du jujitsu 柔術. Les pratiquant du jujitsu 柔道家 portaient des vêtements spécifiques 柔術稽古着tel que celui de la fig.0206  nous le fait découvrir.

0206_keikogi
Fig.0206- Tradition vestimentaire du jujitsu 柔術

♦Débutant初心 , veste renforcée 紺糸 de couleur beige 浅黄 motif en forme de croix十字刺 (bleues?)  Christian Faurillon karatehistorique.wordpress.com
♦Ancien目録 , veste renforcée 紺糸 de couleur banche白地motif en forme de croix十字刺 (bleues?) sur fond blanc avec un col beige 浅黄
♦Maitrise免許 , veste renforcée 紺糸de couleur banche白地motif en forme de croix 十字刺し (bleues?) avec un col blanc 白地

0381

Fig.0381-Tenues vestimentaire du jujitsu 柔術

0209_motifs
Fig.0209- Motif et couleur des vêtements spécifiques du jujitsu 柔術稽古着.

Selon la tradition, le plus ancien judōgi ; celui du maître Kano 嘉納 先生 a été confectionné par sa soeur , il se trouve actuellent exposé dans le musée du kōdōkan 講道館 à Tōkyō. Les premiers judōgi 柔道衣 se limitaient à une seule pièce ; la veste en épais coton 綿 . Elle était de couleur blanche ou ivoire et à manches courtes. Il n’y avait pas de pantalon conçu à cet effet. Les jujitsuka comme les judōka pratiquaient en caleçon blanc パンツ voir pour quelques uns en fundoshi 褌 (qui semble être un des plus vieux sous-vêtements下着pour homme du Japon) ensuite est venue l’habitude de porter des caleçons mi-long « han-momohiki 半股引き  » , « suteteko ステテコ « et autres « sarumat 猿股  » caleçons qui seront la norme pendant encore quelques décennies. Ce n’est que bien plus tard que le pantalon descendant jusqu’aux chevilles fera son apparition sur les planchers des dōjō .

0207
Fig.0207- Caleçons.

0468

Fig.0468- Caleçons, vestes et ceintures. Jujitsu 柔術.

●Deuxieme influence : le samué 作務衣
Le samué作務衣 , est un vêtement de travail composé de deux pièces en coton; veste et pantalon , que les moines zen 禅宗の僧侶 portaient et portent toujours pendant leurs travaux monacales . La forme est quasi identique au karatégi, à part les pans de pantalons qui se resserrent sur les chevilles au moyen d’un lacet (parfois les manches se referme également sur les poignets au moyen d’un lacet). Les couleurs sont assez sombres allant de l’indigo et la couleur rouille. Ce samué 作務衣 semble plutôt récent; les premières mentions le concernant, apparaissent seulement au cours des années 40 La forme la plus ancienne connue du samué 作務衣 provient de l’univers carcéral et remonte à l’ère meiji 明治時代 1868 /1912. Les moines s’en sont t-il inspirés ? Possible mais difficile de le confirmer. Les samué 作務衣 portés par les prisonniers 監獄の囚人服 , étaient de couleur orange pour faciliter les recherches lors des possibles évasions.

0210_samue
Fig.0210- Samué 作務衣 de prisonnier. Ère meiji 明治時代 1868 /1912.

Les premiers karatégi tels que nous les connaissons, ressemblent à s’y méprendre aux samué 作務衣, ils commencent à montrer le bout de leurs étoffes dans les années 1930, 1940 ; la couleur basique est le blanc. Le blanc est la couleur traditionnelle que portent les pèlerins  » junrei sha 巡礼者 »; la couleur de la recherche spirituelle. (Cliquer pour visionner la photo).

 

La période d’avant guerre (années 30)  :

La production des karatégi(s) n’est encore effectuée que de façon artisanale.

-Fig. 0720 – Keikogi 稽古衣   Publicité de la société karatedô kenkyūsha 空手研究社 alias Kôdôkan 興道館 (également maison d’édition ) qui se charge de passer commande auprès d’un atelier de couture pour équiper les pratiquants japonais d’alors. Adresse: 東京市下谷区谷中清水町20 203 Shimizuchō Yanaka Shitayaku Tokyo-shi . Source 空手研究第一輯・仲宗根源和 ・空手研究社より。

Cette publicité date de 1934 et vante les mérites d’un vêtement d’entraînement spécifique pour le karaté, vendu en trois tailles (petite, moyenne et grande) sous le titre de  » vêtement d’entraînement 稽古衣 » Le terme  » karaté keikogi  » est également employé dans le texte.
Le placard publicitaire vante les mérites d’un vêtement renforcé aux; manches, épaules, coudes et genoux, pouvant subir des projections ; comme quoi que même en dehors d’Okinawa, en l’occurrence au Japon, l’éventail des techniques de karaté de l’époque était beaucoup plus large que celui que l’on retrouve dans le karaté dit « moderne de la fin du XXe siècle » mais là ce n’est pas vraiment une surprise…

La période d’après guerre :

Les dix premières années qui font suite à la guerre sont matériellement très éprouvantes pour les Okinawaïens. La pénurie est trop grande pour qu’ils puissent y faire face, seuls ( idem pour le Japon meurtri). La nourriture, les objets de manufacture et les vêtements sont fournis par les services américains . Les karatéka(s) 空手家 survivants de cette époque troublée pratiquent, faute de mieux, en short ou en pantalon de l’armée us.

0216
Fig.0216 – Tenues d’entraînement disparates : pantalons U.S. , judōgi 柔道衣, caleçons et maillots de bain.

La fin des années 50 voient une amélioration de la situation matérielle; la généralisation du port du karategi 空手衣. devient la règle sur l’ensemble de l’île. La marque japonaise Tokaïdō 東海堂 est la première en 1956, à se lancer dans la confection en série des karatégi(s)  空手衣. C’est également vers cette époque que les karategi(s) 空手衣 de couleur noire font leur apparition dans les rangs des kobudōka 古武道家 d’Okinawa. Christian Faurillon karatehistorique.wordpress.com

 

À noter: actuellement, le karategi 空手衣 en coton 綿 traditionnel perd du terrain face aux nouveaux tissus en tetoron et polyester en vente sur le marché.

0225_karategi
Fig.0225-Karatégi de marque Tokaïdo   東海堂社の空手衣

守礼堂 Shureido ■ Production, création et équipement pour karaté et kobudō; la référence okinawaïenne en la matière.
Adresse : 1-1-6 Tomari Naha Okinawa 900-0012 Japon. Site web ⇒ shureido-karate.com.

 

 

———————————————-

À l’intention des visiteurs indélicats. 
Les articles de ce blog n’ont pas vocation à être la cible de razzias numériques intempestives et de copié-collés sauvages.  
Vous pouvez bien évidement vous inspirer des contenus, vous y référer même, sans pour autant vous adonner au pillage du travail exposé sur ces modestes pages et par politesse, un lien vers ce blog (Christian Faurillon – karatehistorique.wordpress.com) est toujours le bienvenu.
———————————————-

_

retour

L’histoire du karaté Okinawaïen  沖縄空手の歴史 Christian Faurillon -フォーリヨン・クリスチャン ©2015

_

_

Publicités

Les commentaires ne sont pas autorisés

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :