Les armes du Kobudō : le bouclier et la lame – timbé & rōchin

Les armes du kobudō okinawaïen – Le timbe (timbé) « ティンベー » et le rōchin ローチン = L’art du timbe 『ティンベー術』

0146_omorososhi

Fig.0146- Le Omoro Sōshi おもろそうし (伊波普猷文庫)琉球大学附属図書館

La première mention écrite de cet art martial remonte au 15e siècle 琉球三山時代 et se situe dans le texte d’une chanson traditionnelle dite : Omoro Sōshi おもろそうし. C’est un recueil d’anciens poèmes et de chansons d’Okinawa et des îles Amami.  La compilation de ce recueil a été realisée entre 1531 et 1623 . Le passage qui fait référence à l’art du timbe , se trouve dans le 21e rouleau au 53e chapitre ( Omoro de l’île de Kumé) . Et retrace avec poésie les mouvements au cours de l’assaut  ↓  Traduction approximative ↓フォーリヨン クリスチャン

☒ —

「アケのコツライは、名高いコツライは、奇計を廻ろして、攻撃した。

讃美すべき哉、イチ杜のさきに、アイ杜のさきに、金甲を着けて、美しい牛盾を手に執って、塗鉾を手に執って、板門を攻撃してマア、金門を攻撃してマア」

 » Reputé, il est, le Kotsuraï コツライ( « bouclier d’os » technique du ?) d’ Aké アケ (non propre ?)

Attaque tournoyante, imprévisible tu as surgi.

 Ô Pique ! du bout de la hampe  ,  le fer éfilé.   

Bien en main splendide bouclier en cuir,  bien en main pique aux reflets colorés.

Mhaa ! (exclamation ?) Entre les plaques (boucliers) l’estocade !   Mhaa ! (exclamation ?) Entre les fers, l’estocade !  »     Source: 「おもろそうしの二十一の巻」(久米島のおもろ)より。Traduction : © Christian Faurillon.   — ☒   karatehistorique.wordpress.com 

0134_bouclier_carapace

Fig.0134- Bouclier ティンベー – carapace de tortue de mer 亀甲状の盾

Fig.0698 – Tortues de mer / Musée des Pêcheries de la ville de Itoman – Okinawa 糸満海人工房資料館より.

▄ 1er pièce — Partie défensive:  karatehistorique.wordpress.com 

Le Timbe ティンベー . Le bouclier était à l’origine fabriqué avec la partie dossière d’une carapace de tortue de mer 亀甲状の盾. Par la suite d’autre matière ont été utilisées pour sa fabrication. On peut citer : le cuir de bovin 皮 sur armature en bambou , le fer 鉄製 (?) et le duralumin ジュラルミン ( aluminium アルミニウム + Cuivre 銅). Ce dernier est généralement choisi pour sa légèreté. Quand la matière employée n’est pas d’origine naturelle telle la carapace de tortue, le diamètre de base retenu alors pour le bouclier est de 45 cm. Une poignée en bois et une lanière sont utilisée pour permettre de le tenir solidement en main.

0135_bouclier_ryukyu

Fig. 0135- Bouclier ティンベー en duralumin et rōchin ローチン

À noter : les carapaces des tortues aquatiques sont moins bombées que celle des tortues terrestres et certaines espèces ne possèdent pas d’écailles mais sont recouvertes d’un cuir épais ce qui en fait un bouclier rudimentaire adopté par des tribus de civilisations différentes. Les maîtres d’Okinawa , quant à eux, les trouvaient trop fragiles. lors de choques répétés, la partie proche de l’épine dorsale résistait bien mais ce n’était pas le cas pour celle la plus éloignée de l’ossature centrale. De là les grandes variétés de matières employées pour la fabrication du bouclier tel le bouclier dit « couvercle de marmite shinme シンメー鍋 のふた » . Ce couvercle léger et solide était confectionné à partir de lames de bambou 竹細. Son origine est comme son nom l’indique; un couvercle de marmite qui était anciennement en usage dans les foyers des couches populaires de l’archipel. Christian Faurillon karatehistorique.wordpress.com 

0664

Fig.0664 – couvercle de marmite shinmeシンメー鍋のふた .

0162_marmite

Fig.0162 – Foyer de cuisine.

0251_boucliers_chinois

 Fig. 0251-  Divers boucliers 盾 chinois en matière naturelle: bois 木(sur la gauche) bambou 竹(centre) et rotin 中國盾牌古稱 → 旁牌 / 傍牌/ 籐盾牌  bàngpái   (sur la droite) Le bouclier circulaire date de la dynastie Ming 明朝 et pourrait bien avoir inspiré les Ryūkyūïens pour la fabrication des leurs, et dans une matière proche et en abondance : le bambou竹細. (Cliquer pour agrandir)

0610

 Fig. 0610 –  Bouclier  chinois en rotin  藤牌 / téngpái    中國盾牌古稱  (Cliquer pour agrandir)   Il n’est pas impossible que le mot okinawaïen « timbé /ティンベー » qui sert à désigner le bouclier, dérive du mot chinois « téngpái /藤牌   »

Fig. 0645 – ↑  Bouclier chinois en lamelles de bambou 竹盾.

L’avant bras est glissé dans l’anneau La main se referme fermement sur la poignée Le rembourrage en tissus permet d’absorber les ondes de choque et les coups de boutoir de l’arme adverse. Sur le face extérieure est appliquée un papier huilé , voire plus richement, un cuir 牛皮盾 (bovin) sur lequel sont dessinés et peint des motifs d’ordre ethniques, claniques ou/et protecteurs. Christian Faurillon karatehistorique.wordpress.com 

dsfr34569

▄  2eme pièce — Partie offensive:

Le rōchin ローチン . Le rōchin est une arme dont la forme rappelle celle d’une lance mais dont la hampe très courte, ne dépasse pas les 50 à 60 cm. La longueur exacte 寸法 du rōchin ne semble pas être arrêtée avec précision . Ce qui laisse supposer que comme pour d’autres armes du kobudō, la longueur devait être adaptée à la morphologie du combattant.

0620

Fig. 0620-  » rōchin » Chinois ローチン / 中国古代武器  (殳) 短矛

0143_rochin_ryukyu

Fig. 0143-  rōchin ローチン d’Okinawa.

Fig. 0646-   Un fer de rōchin ローチン d’Okinawa.  Ce modèle en vente dans les magasins spécialisés est actuellement le plus facile à se procurer Christian Faurillon karatehistorique.wordpress.com 

À l’origine le rōchin ne serait pas cette arme élaborée avec un fer emmanché mais juste un simple bambou dont la pointe aurait été taillée en biseau. Des variations importantes existent . Ces variations (小刀 kogatana又は矛 hoko、短槍 tansō、銛 sen) portent surtout sur la forme de la lame tel le tebiku 手鉾 テビク (teboko en japonais).

0415

Fig.0415 -Outils en bambou de pose et d’entretien de toits de chaume. 沖縄の民具 /考古民俗叢書より。

À noter qu’une arme pour la chasse possède une grande similitude avec le rōchin ; il s’agit du Yaman shishiya ヤマンシシヤイ / ヤイ槍 / 狩猟用具, une lance crée pour la chasse au sanglier mais dont la hampe est beaucoup plus longue que le rōchin. Cette arme était usitée dans la région boisèe du nord d’Okinawa; le yambaru 山原 .

0185_lance_de_chasse

Fig.0185- Yamanshishiya ヤマンシシヤイ / lance de chasse. 沖縄の民具 /考古民俗叢書より。

Fig.0652- Fer de la lance  Yamanshishiya ヤマンシシヤイ / Ce fer est recent a été fabriqué dans une forge locale dan la région Nord d’Okinawa – La Forge Kaniman / カニマン / 鍛冶屋より Christian Faurillon karatehistorique.wordpress.com 

0487

Fig.0487. Noble armé d’une lance participant à la chasse aux sangliers/ Peinture de Yamada Shinzan   山田愼山.

Les autres lames et fers employés parfois comme rōchin ローチン :

0175_lames

Fig.0175- Lames

0139_rochin

Fig.0139 -Autre lame emmanchée

0137_rochin

Fig.0137- Autre lame de luxe emmanchée.

Dans quelques démonstrations l’arme blanche employée est une arme d’origine chinoise dite Seiryuto 青龍刀. Traditionnellement , l’emploi de la “machete” 青龍刀 est sensiblement moins usité que celui du rōchin local.

0147_machette

Fig.0147- Seiryuto 青龍刀 = littéralement : « Sabre刀du dragon龍 bleu青 »

0148_seiryuto

Fig.0148- Seiryuto 青龍刀- Le choix des armes n’est pas laissé au hasard: le seiryuto 青龍刀 permet , des attaques et ripostes « de taille » plus que « d’estoc »et Le rōchin ローチン des frappes et ripostes « d’estoc » plus que « de taille ».

De l’art martial à la danse: Christian Faurillon karatehistorique.wordpress.com 

Là encore dans la danse traditionnelle沖縄古典芸能 des Ryūkyū on retrouve l’emploi du timbe ティンベー . L’île de Kuro 黒島 dans l’archipel de Yaeyama 八重山 諸島 est connue des amateurs pour une danse 演舞 dans laquelle, le timbe “Kurojima timbe 黒島ティンバイ” fait son apparition. Ci-dessous un gros plan d’une représentation martiale et folklorique provenant de l’île de Ishigaki 石垣島 /  四ヶ字の豊年祭 .

0285

Fig.0285 –  Bâton contre  « tinbaï ティンバイ » et Seiryuto 青龍刀.   Ishigaki 石垣島 /  四ヶ字の豊年祭.

Kata :

Kaniga nu tinbei カニガーヌティンベー en okinawaïen

Kanegawa no tinbei 鐘川のティンベイen japonais

C’est le seul kata traditionnel parvenu jusqu’à notre époque.

* À savoir : Le Seiryuto 青龍刀 = le Sabre du dragon bleu .

Le dragon bleu est un animal fantastique associé à un des quatre points cardinaux (*1)  il est le symbole 東方青龍 de l’Est ( et de l’élément qui s’y rapport: le bois). En Chine comme au Japon existe une confusion de principe entre la couleur bleue青色et la couleur verte 緑色. En chinois 中国字, le caractère 青 qīng est le caractère d’une couleur située entre le vert et le bleu. Dans la langue japonaise le même caractère kanji 漢字sert à désigner la couleur bleu青 mais est également employé d’une manière subjective pour designer la couleur verte dans certaines expressions . Exemple : au Japon quand on parle d’un feu rouge de circulation qui passe au vert ; on dit  » le feu passe passe au bleu 信号が青に変わった » Autre exemple quand on parle d’un fruit encore vert dans le sens de « pas assez mûr « ; on dit  » il est encore bleu まだ青いです。 » Il est vrai qu’en français, l’expression « la ligne bleu des Vosges » est aussi largement subjective.  karatehistorique.wordpress.com 

(*1) Pour les Chinois , il n’y avait pas quatre points cardinaux mais cinq. Le cinquième étant celui situé au centre des quatre autres, sa direction semble s’étendre à l’infini vers la voûte céleste.

———————————————-

À l’intention des visiteurs indélicats. 
Les articles de ce blog n’ont pas vocation à être la cible de pillages numériques intempestifs et de copié-collés sauvages.  
Vous pouvez bien évidement vous inspirer des contenus, vous y référer même, sans pour autant vous adonner aux pillages du travail exposé sur ces modestes pages.
———————————————-

_

retour

L’histoire du karaté Okinawaïen  沖縄空手の歴史 Christian Faurillon -フォーリヨン・クリスチャン ©2015

_

_

Publicités

Les commentaires ne sont pas autorisés

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :