Les hommes de la tradition 2

Haute de page : Asatō  Ankō 安里安恒.   Bas de page : Itosu Ankō 糸洲安恒.

0256_asato_anko

0630

Fig-0630. Portrait présumé (?) de Asatō Ankō 安里 安恒  mais non confirmé. Source  : collection iconographique du maître Funakoshi Gichin / 琉球拳法 唐手・船越 義珍より。

Nom : Asatō 安里 Prénom: Ankō 安恒 ( 安里親雲上安恒)

Date de naissance et de décès : plusieurs dates s’affrontent. Ces dates sont les suivantes : 1827 – 1903, 1828-1906. En outre, pour ce qui concerne sa date de naissance d’autres dates sont avancées : 1831,1832,1838.  karatehistorique.wordpress.com 

Lieu de naissance : Shuri 首里 mais on ne connaît pas exactement dans lequel des villages il est né. Une tradition orale situe sa naissance dans un village se trouvant entre la périphérie du château de Shuri et la ville de Naha: le village de  « Asatoū アサトゥ » (dialecte) 真和志間切安里村 (Actuellement le quartier Asato de Naha 那覇市安里)

Sa famille fait partie de la haute noblesse du royaume 上級士族. C’est vers ses 18 ans qu’il est devenu le disciple de Matsumura Sokon 松村宗棍. Il semble avoir été de  frêle constitution mais sa grande souplesse et sa rapidité dans le combat, sont passées à la postérité. Christian Faurillon karatehistorique.wordpress.com 

Nous n’avons pas de témoignage concernant un éventuel voyage en Chine 中国 auquel aurait participe Asatō Ankō . La Chine est sujette à de nombreux troubles intérieurs et extérieurs. les guerres de l’opium 鸦片战争 1839 – 1842 et 1856 -1860 marquent le siècle . la Chine est sur le déclin et ne se relèvera pas de si tôt. フォーリヨン クリスチャン

Une citation célèbre de Asatō Ankō : 人の手足は剣と思え  →  » considère les mains et les pieds de tes adversaires comme des sabres »

Comme ses paires, il pratiquait plusieurs arts martiaux et selon un de ses élèves, il aurait appris l’art du sabre 剣術 sous la direction du maître Iju 伊集 院某 (style jigen 示現流) un fonctionnaire de Satsuma  薩摩藩 en poste aux Ryūkyū.

Vers la fin du royaume des Ryūkyū, il a accompagné le dernier roi dans son exil doré à Tōkyō 琉球末期の国王尚泰侯. Christian Faurillon karatehistorique.wordpress.com 

Fig.0417-  Les princes de la famille royale des Ryūkyū juste avant leur exil à Tōkyō.

C’est dans la capitale du Japon 東京 qu’il apprendra du maître Sekiguchi 関口某 , l’art de l’arc 弓術 et du maître Mégata Masachika目賀田 雅周 (?-1895) l’équitation ( À noter que le maître Mégata avait appris l’art de l’équitation à l’occidental 西洋馬術 d’un instructeur militaire français, en poste à Yokohama 横浜市 –Lieutenant Léon Descharmes ?– Mégata y obtiendra son diplôme d’instructeur 御充許) Deux importantes missions militaires françaises ont eu pour cadre le Japon, la première (et première en tant que mission militaire occidentale au Japon) de 1867 à 1868, et la deuxième de 1872 à 1880)

0491

Fig.0491- Cavaliers de l’armée impériale japonaise à l’entraînement 騎兵

—☒

À noter au sujet de deux membres délites de la mission française au Japon :

Deux instructeurs français se sont initiés aux techniques guerrières japonaise devenant ainsi les premiers occidentaux à étudier les arts martiaux japonais directement sur le sol japonais. Christian Faurillon karatehistorique.wordpress.com 

L’histoire a retenu leurs noms; il s’agit du lieutenant Étienne de Villaret (1854 – 1931) , professeur d’éducation physique et d’escrime et du Maréchal des logis Joseph Kiehl ( †?), maître d’armes et également professeur d’éducation physique. Ils auraient étudiés le kenjutsu de l’école Jikishinkage-ryū 神傳直心影流 et peut être sous la direction même du 14e maître de l’école: Sakakibara Kenkichi 榊原鍵吉 (1830–1894).

0257

Fig.0257- Les membres de la première mission militaire française au Japon (1867 /1868).

—☒

En 1892 Asatō Ankō revient dans son île natale où il finira ses jours.

L’histoire n’a reconnue que le nom d’un seul élève de Asatō : Funakoshi Gishin 船越義珍

_

dsfr34569

0274_itosu_anko

0629

Fig-0629. Portrait présumé (?) de Itosu Ankō 糸洲 安恒  mais non confirmé. Source  : collection iconographique du maître Funakoshi Gichin / 琉球拳法 唐手・船越 義珍より。

– Pas de portrait certifié à 100% de maître Itosu Ankō 糸洲安恒. Ce qui est assez surprenant étant donné sa renommée et l’époque où le fait d’être photographié devenait à la mode ?   (quoi que personnellement et après de nombreux regroupements comparaisons et déductions, je pense que le portrait affiché ci-dessus est effectivement le sien. ) Christian Faurillon karatehistorique.wordpress.com 

Nom : Itosu 糸洲 Prénom: Ankō 安恒 — Titre aristocratique : Itosu Chikudon Pechinn Ankō 糸洲筑登之親雲上安恒 Qui se décompose de suite: nom + titre nobiliaire + prénom. Parfois aussi il est prénommé « Yasutsuné « . Yasutsuné 安恒 n’est en fait que la lecture en japonais courant des caractères qui composent son prénom.

Date de naissance et de décès : plusieurs dates s’affrontent. Ces dates sont les suivantes : 1831-1915/ 1830 ou 32- 1914 ou 16. Pour ce qui concerne l’année de son décès; 1915 semble la date la plus probable. Christian Faurillon karatehistorique.wordpress.com 

Lieu de naissance : village de Yamagawa 首里山川村 situe sous l’enceinte du château royal de Shuri. 那覇市首里山川町

Itosu Ankō est né dans une famille noble 下級士族 (petite noblesse) . Doué pour les études; il avait réussi avec succès les examens impériaux   »Kakyo 科挙 » en japonais et « kējǔ 科舉   » en chinois.  Examens  donnant accès à un poste de haut fonctionnaire d’état. Titre plus connu en Occident sous le nom générique de « mandarin 官 ».

0557

Fig.0557-  Examens impériaux « kējǔ 科舉  »

Cet examen chinois était en usage dans l’empire du milieu 中国 de 598 à 1905 ce qui lui donnait pas moins de 1300 ans d’existence ! Il faut rappeler que la langue maternelle 母語 d’ Itosu 糸洲  n’est pas le chinois. Ce fait donne encore plus de valeur à son exploit mais pour être honnête il faut souligner qu’il avait passé l’examen sur le territoire des Ryūkyū 琉球 , qui selon certaines sources était un peu moins sévère que celui en vigueur en Chine. Christian Faurillon karatehistorique.wordpress.com 

Itosu 糸洲 fait partie de la génération des hommes qui n’ont plus la possibilité de partir en Chine 中国 parfaire leurs études; le contexte troublé intérieur chinois ne s’y prêtant plus. Christian Faurillon karatehistorique.wordpress.com 

Suite à ces études de qualité, le premier poste auquel il a été nommé est celui de  » sōshi kuri 双紙庫理 –首里王府の役職– intendant des affaires courantes du palais (?) »

C’est à l’âge de 20 ans qu’il apprend le todé 唐手sous la direction de  Matsumura Sōkon 松村宗棍. À cette époque les disciples connus de Matsumura Sōkon sont: Maki Chōchū 牧志朝忠—板良敷朝忠— et Asato Ankō 安里安恒.

Itosu 糸洲  aurait eu quelques problèmes d’entente au sein de ce cercle fermé. Cela l’aurait amené à se tourner vers un autre maître .Une source (invérifiable) précise que ce serait avec le maître des lieux en personne : Matsumura Sōkon 松村宗棍 qu’il ne se serait pas entendu. Christian Faurillon karatehistorique.wordpress.com 

Son nouveau maître ,plus jeune d’une année que lui se nommait Nagahama 長浜 → titre aristocratique →Nagahama Chikudon Pechinn 長 浜筑登之親雲上 était surnommé  » Bushi Nagahama 武士長浜  » . Ce maître enseignait une technique dite du Naha-té 那覇手. Malheureusement pour Itosu糸洲 Ce maître semble avoir décédé assez rapidement. Voila donc Itosu糸洲 alors âgé de 35 ans, sans enseignant. Il  serait alors retourné chez Matsumura Sōkon 松村宗棍 et serait ainsi redevenu son disciple pour quelques temps …( quand on connaît l’âme ryūkyūïenne et le code éthique en vogue à l’époque; cet épisode semble assez irréaliste, du moins , il me laisse profondément rêveur en ce qui concerne le bien-fondé de la source… ) Selon les dires de ses futures élèves, il aurait entretenu de très bon rapports avec plusieurs maîtres de différents styles (pour ne pas dire techniques car à cette époque les styles n’étaient pas définis comme tels) : Yamazaki de Naha 那覇の崎山、 Matsumora de Tomari 泊の松茂良興作、Makishi de shuri 首里の牧志、et bien d’autres tels encore les : Sakuma 佐久間、Ishiminé 伊志嶺 et Asato 安里. Une source 説 souligne qu’il aurait également appris des rudiments d’arts martiaux chinois 武術 (?) auprès d’un Chinois dénommé ; Chán Nán 禅南 (moine bouddhiste ? ) qui aurait fait naufrage 漂着人 et aurait été hébergé , dans l’attente de son rapatriement (cela pouvait demander plusieurs mois), au centre de rétention de l’île qui se situait dans le village de tomari 泊村 . Christian Faurillon karatehistorique.wordpress.com 

Son parcours martial fait de lui le premier maître (connu) ayant pratiqué les trois styles (courants) répertoriés plus tard sous les noms de : Shuri-té 首里手, Naha-té 那覇手 et Tomari-té 泊手.

À la fin du royaume (1879) Itosu糸洲 aurait eu une reconversion assez facile passant de fonctionnaire royal à fonctionnaire d’état employé à la préfecture 県庁. Il démissionnera de ce poste en 1885 à l’âge de 54 ans. C’est vers cette période qu’il se serait mis à enseigner le todé 唐手. Son enseignement était dispensé en sa demeure ( à l’époque on ne parle pas encore spécifiquement de « dōjō »; voir la page consacrée au sujet), formant ainsi une première génération d’élèves, les  : Yabu Kentsū 屋部憲通、Chōmo Hanagusuku (Chōmo Hanashiro : en japonais) 花 城長茂 et Kudeken Kenyū 久手堅憲由 . Vers la même époque 1881, il donne des cours de todé 唐手à des rejetons de l’ancien famille royale 琉球王族 demeurant dans le quartier de Shuri 首里 ; les frères Motobu ; Chōyū Motobu 本部朝勇 et Chōki Motobu 本部朝基. Plusieurs générations d’élèves vont ainsi suivre son enseignement. les plus connus sont : Chibana Chōshin 知花朝信 en 1899, puis Mabuni Kenwa 摩文仁賢和 en 1903, puis après 1905 Tokuda Anbun 徳田安文、Ôshiro Chōjō大城朝恕、Tōyama  Kanken 遠山寛賢、Shiroma Shinpan 城間真繁 et qui étaient également des élèves de l’école de formation d’enseignants scolaires Okinawa Shihan Gakō 沖縄師範学校 (école fondée en 1879) où Itosu Ankō avait ses entrées. Pour finir, viendront les Kyan Chōtoku 喜屋武朝徳、Funakoshi Gichin 船越義珍 、Yamakawa Chōtō山川朝棟、Kina Chōken 喜納朝献、Chinen Bō (?) 知念某 et Makiya Bō (?) 真喜屋某. Christian Faurillon karatehistorique.wordpress.com 

0290

Fig.0290- L’école de formation d’enseignants scolaires Shihan Gakō 沖縄師範学校 fondée en 1879 et détruite en 1945 pendant la bataille d’Okinawa. Le bâtiment en 1907. Au bord de l’étang Ryūtan 龍潭池畔, sous l’enceinte du château de Shuri 首里当蔵3番地.

Fig.0637- Porche d’entrée de l’école de formation d’enseignants scolaires Shihan Gakō 沖縄師範学校

Selon la tradition (?) (sujette à caution) il serait le maître qui a réalisé la structure, des cinq kata(s) 型 de base, dénommés Pi-an ピンアン 初~五段 et celles des kata(s) Nai-hanchi ナイファンチ二、三段; le 2 et 3. Les kata(s)  Heihan 平安 , (plus tard japonisés sous le nom de : Pi-an ) Ces kata(s) sont reconnus comme étant les kata(s) traditionnels de base de l’enseignement du courant dit de Shuri-té. Les kata(s) Naihanchi 内畔戦 (?) voire 内範置 (?) sont également reconnus comme étant les kata(s) 型 traditionnels de base de l’enseignement du courant dit du Tomari-té.  karatehistorique.wordpress.com 

Itosu 糸洲  était de forte corpulence , 90kg (150斤) et ils possédait une musculature supérieure à la moyenne. Ses interminables entraînements au Makiwara 巻藁突きの稽古 sont restés inscrits dans les mémoires. Plus que l’image d’un combattant, il a laissé celle d’un éducateur hors-pair. De là peut être, le nombre impressionnant d’élèves qui par la suite, se réclameront de son enseignement. Son action pour le développement et la structuration du todé 唐手 a été déterminante. Son éducation, sa connaissance des textes anciens, sa position sociale, sa pédagogie lui ont permis de briser des tabous et franchir des barrières que seule sa volonté ou sa persévérance n’auraient pas suffit à bousculer. Il faut dire que l’époque des grands bouleversements sociaux où il a vécu et où il a été ballotté, lui a été largement favorable. Il a su saisir l’air du temps et les possibilités nouvelles qu’il apportait à des hommes capables d’innovation. Sa contribution comme personnel enseignement, apportant et modulant au sein du système scolaire préfectoral ,un outil martial en un outil de formation pédagogique, a été décisif pour le développement même du todé 唐手. Christian Faurillon karatehistorique.wordpress.com

0376

Fig.0376- Instruction martiale en milieu éducatif (Japon) ↑

0575

Fig.0575- Instruction martiale en milieu éducatif (Japon) ↑

0384

Fig.0384- Et Instruction martiale en milieu éducatif à Okinawa. Todé/karaté. sous la direction de Kyōda Jūhatsu  許田 重発. / 沖縄県立第二中学校. Adresse actuelle : 1-21-44 Matsuo Naha 900-0014  / 沖縄県那覇市松尾1-21-44.

Cette évolution ne s’est pas faite sans oppositions. Une grande partie du milieu traditionnel nobiliaire ryukyuïen 琉球士族 trouvait qu’il en faisait un peu trop. Ces nobles n’appréciaient pas de voir leur héritage martial , encore semi-secret 秘術 dévoilé aussi facilement à la vue du commun des mortels.

Dans le nouveau système étatique mis en place, la noblesse avait quasiment perdu tous ses privilèges; on comprend qu’elle était réticente à la nouveauté et faisait tout pour sauver ce qui pouvait encore l’être. Ce « tout » se limitait désormais à un héritage culturel et artistique dont faisait partie à part entière les arts martiaux insulaires 琉球古武術. Il faut dire que les écrits de Itosu 糸洲 leur donnent,  une raison valable d’être inquiets . Quand en octobre de l’année 1908 Itosu 糸洲 écrit son ouvrage : « Les 10 préceptes du karaté (Todé Jukun), 唐 手心得十ヶ条, il en termine la rédaction par ces mots :  » J’ai écrit ce document non seulement pour la population okinawaïenne mais également pour que les autorités militaires (japonaises) aient la possibilité d’en prendre connaissance et puissent ainsi s’en servir à bon escient » « 本県人民の為而己ならず軍人社会の一助にも相成可申哉と筆記して備高覧候也 » Passage sulfureux qui devait donner de l’urticaire à plus d’un noble okinawaïen, pas franchement japonophile de surcroit..(voir plus bas,la traduction intégrale du texte  ↓) フォーリヨン クリスチャン

0490

Fig.0490- Instruction militaire et culture physique .大日本帝国陸軍連隊.

Sur la fin de sa vie ses compatriotes le surnommaient  » Ichiji no Tanmé 糸洲の翁  » Le Tanmé 翁 → dialecte d’okinawa イチジのタンメー ou le Okina 翁 → en Japonais; est un masque du théâtre Nō 能 représentant le visage souriant et protecteur d’un vieillard.

0277_masque_du_no

Fig.0276- Le Tanmé / Okina 翁  –Masque du théâtre Nō 能.

En 1913 il tombe malade et meurt dans les années : — 1914 (?), 1915(?),1916 (?)– plus probablement en 1915, à l’âge de 85 ans. Sa tombe 糸洲家の墓 se trouve dans le quartier de Furujima古島 à Naha 那覇市 (deplacée dans les années 2000, voir bas de page) .

Le descendant actuel de maître Itosu; son arrière petit fils :  Itosu Noboru 糸洲昇,  a deux filles pratiquantes de karaté (style Gōjū-ryū  剛柔流) La tradition est bien gardée.  Christian Faurillon karatehistorique.wordpress.com

Ci-dessous un  document majeur signé de la main de Itosu Ankō 糸洲安恒: 

0278_anko_itosu

Fig.0278- Cliquer sur l’image pour decouvrir les dix feuillets du Todé Jukun 唐手心得十ヶ条 — ↑

ξ  ☒ Titre : Les 10 préceptes du todé — Todé Jukun 唐手心得十ヶ条 —

Avant propos — 唐手は儒仏道より出侯ものに非ず住古昭林流昭霊流と云う二派支那より伝来したるものにして両派各々長ずる所ありて其侭保存して潤色を加え可 らざるを要とす仍而心得の條々左に記すL’origine du todé (karaté) n’est redevable ni du bouddhisme ni du Confucianisme 儒仏道 . Il y a de cela très longtemps deux styles qui coexistaient (en Chine), ont été importés ; le style Shorei 昭霊流 et le style Shorin 昭林流 Ces deux styles possédaient des particularités techniques différentes. Ils ont été préservés en l’état sans subir de bouleversements. C’est en partant de ce constat que je rédige le document suivant:  Christian Faurillon karatehistorique.wordpress.com 

Paragraphe 1 —唐手は体育を養成する而己ならず何れの時君親の為めには身命をも不惜義勇公に奉ずるの旨意にして決して一人の敵と戦う旨意に非ず就ては万 一盗賊又は乱法人に逢ふ時は成たけ打ちはずすべし盟て拳足を以て人を傷ふ可らざるを要旨とすべき事  Le todé (karaté) n’est pas une simple gymnastique 体育 limitée à un usage personnel. Dans le cas ou une éventuelle agression aurait lieu; il doit être utilisé pour se protéger et protéger ses proches. Il n’a pas été conçu pour être employé contre un seul assaillant 一人の敵 (paradoxalement) il est important qu’il puisse permettre d’éviter de faire couler le sang en limitant de fait l’emploi des poing et des pieds 拳足lors d’une tentative malveillant fomentée par des agresseurs 乱法人. Ce qui revient en quelque sorte à neutraliser l’agression avant quelle n’ait eu lieu. karatehistorique.wordpress.com 

Paragraphe 2 —唐手は専一に筋骨を強くし体を鉄石の如く凝堅め又手足を鎗鋒に代用する目的とするものなれば自然と勇武の気象を発揮せしむ就ては小学校時 代より練習致させ候はば他日兵士に充るの時他の諸芸に応用するの便利を得て前途軍人社会の一助にも可相成と存候最もウエルリントン侯がナポレオン一世に克く捷 せし時曰く今日の戦勝は我国各学校の遊戯場に於て勝てると云々実に格言とも云ふ可き乎  Le but premier du todé (karaté) est de fortifier les muscles et les os, de les rendre aussi durs que le roc. si l’entraînement a pour but de rendre les poings et les pieds comme des fers de lance alors tout naturellement l’esprit guerrier 勇武 (bravoure guerrière ) qui s’en réclame deviendra puissant. Si cet entraînement est pratiqué dès l’École primaire, les hommes qu’il formera, atteindront, au moment de leur service militaire, une haute valeur militaire et pourront être à même de servir avec succès la société dont ils sont issus. Rappelez-vous la citation du Duc de Wellington formulée après sa victoire sur Napoléon : » La bataille de Waterloo a été gagnée sur les terrains de jeu d’Eton  » (*) Christian Faurillon karatehistorique.wordpress.com 

(*) Phrase historique qui a été attribuée à tort au Duc de Wellington. (Eton : école fondée en 1440 par le roi Henri VI d’Angleterre; située dans le Berkshire )

Paragraphe 3 —唐手は急速には熟練致し難く所謂牛の歩の寄りうすくとも終に千里の外に達すと云ふ格言の如く毎日一二時間位精入り練習致し候はば三四年の 間には通常の人と骨格異り唐手の蘊奥を極める者多数出来可致と存候事 Le todé (karaté) ne s’apprend pas rapidement. Un taureau marche lentement, mais au final il est capable de parcourir 4000km /sen-ri (*)千里 (Chiffre à valeur subjective) Si chaque jour pendant une heure ou deux et cela pendant trois ou quatre ans , les entraînements peuvent être suivis régulièrement, alors ceux qui s’y adonnent auront  une structure physique avantageuse et auront, pour nombre d’entre eux, la possibilité de saisir la profondeur inhérente au todé (karaté)唐手の蘊奥. Christian Faurillon karatehistorique.wordpress.com 

(*) 1 ri 一里 fait environ 4km → mille ri 千里 = 4000km

Paragraphe 4唐手は拳足を要目とするものなれば常に巻藁にて充分練習し肩を下げ肺を開き強くカを取り又足も強く踏み付け丹田に気を沈めて練習すべき最も度数も片手に一二百回程も衝くべき事  Quand on s’adonne au todé (karaté) l’entraînement des mains (poings 拳) et des pieds est indispensable. Pour ce faire, l’emploi répétitif,   au poteau de frappe 巻藁 doit être constamment recherché et être très poussé. Lors de la frappe, toute votre attention doit être fixée sur les points suivants: baisser les épaules, respirer profondément , concentrer la force, s’ancrer au sol à l’aide des pieds, baissez le centre de gravité en se concentrant sur le point primordial de ce dernier: le tanden 丹田(*) . Chaque entraînement au poteau de frappe 巻藁 doit comporter de cent à deux cent coups et cela pour chacune des mains 片手 .  karatehistorique.wordpress.com 

(*) Tanden 丹田: point immatériel situé à environ cinq centimètres sous le nombril.

Paragraphe 5 —唐手の立様は腰を真直に立て肩を下げカを取り足に力を人れ踏立て丹田に気を沈め上下引合する様に凝り堅めるを要とすべき事  Lors de la pratique du todé (karaté) on doit avoir le dos bien droit, les épaules basses, les jambes sous tension ,les pieds bien ancrés au sol. Le centre de gravité (tenu bien abaissé) doit être l’objet de votre attention permanente 丹田に気を沈め . En outre la partie supérieure du corps doit être en osmose totale avec la partie inférieure du corps. Les points ci-dessus énumérés sont extrêmement importants. Christian Faurillon karatehistorique.wordpress.com 

Paragraphe 6 —唐手表芸は数多く練習し一々手数の旨意を聞き届け是は如何なる場合に用ふべきかをを確定して練習すべし且入受はずし取手の法有之是又口伝多し Pratiquez les techniques de todé (karaté) de façon répétée tout en en recherchant le sens profond de manière à optimiser les possibilités qui en découlent….. Il existe aussi un enseignement dispensé oralement 口伝,  concernant les techniques offensives telles celles de  : frappes : 入れ, blocages 受け, parades はずし et également concernant la méthode de la saisie (méthode dite du  » saisisseur 取り手の法 » Dans le sens de : »celui qui prend l’initiative ») フォーリヨン クリスチャン

Paragraphe 7 —唐手表芸は是れは体を養ふに適当するか又用を養ふに適当するかを予て確定して練習すべき事 Dans le lot des techniques du todé (karaté) , Il est important de distinguer celles qui sont faites pour cultiver sa forme physique, de celles qui sont faites « POUR  » (l’emploi réel en combat) Et de s’entraîner toujours dans cette optique.

Paragraphe 8 —唐手練習の時は戦場に出る気勢にて目をいからし肩を下げ体を堅め又受けたり突きたりする時も現実に敵手を受け又敵に突当る気勢の見へる様に常々練習すれば自然と戦場に其妙相現はるものになり克々注意すべき事 Pendant les cours d’entraînement du todé (karaté) , il faut prendre une posture virile et martiale 気勢 comme si on se trouvait sur un champ de bataille 戦場. Avoir le regard perçant, les épaules basses , les muscles sous tension. Puis quand on a à effectuer un assaut, un blocage, une frappe de la main, on doit le faire comme si on avait à le faire, face à un ennemi. Quand on s’entraîne dans cet esprit, cette attitude finie pas devenir naturelle et les progrès deviennent réels. Il faut toujours se rappeler ce point. Christian Faurillon karatehistorique.wordpress.com 

Paragraphe 9 —唐手の練習は体力不相応に余りカを取過しければ上部に気あがりて面をあかめ又眼を赤み身体の害に成るものなれば克々注意すべき事  Lors des entraînement du todé (karaté) il faut éviter de se sur-entraîner, de demander à son corps plus qu’il n’est capable de fournir. si on passe outre, l’énergie remonte vers la partie supérieure du corps , le visage s’empourpre et les vaisseaux sanguins des yeux se dilatent. Il est important de ne pas avoir une pratique abusive qui risquerait d’endommager la santé.

Paragraphe 10 —唐手熟練の人は往古より多寿なるもの多し其原因を尋ねるに筋骨を発達せしめ消化機を助け血液循環を好くし多寿なる者多し就いては自分以 後唐手は体育の土台として小学校時代より学課に編入り広く練習致させ候はば追々致熟練一人にて十人勝の輩を沢山可致出来と存侯事  Beaucoup d’anciens et remarquables pratiquants de todé (karaté) ont vécu jusqu’à un âge très avancé. Cela est dû aux effets bénéfiques de la pratique du todé (karaté) sur la santé. Que ce soit au niveau squelettique et musculaire ou bien de la digestion, ou encore de la circulation sanguine血液循環 . C’est également pour ces raisons que j’en préconise le développement dans le milieu scolaire 小学校時代, de manière à en faire, dans le cadre de l’enseignement primaire, une matière 学課 d’éducation physique 体育 à part entière. Enseignée dans les écoles la pratique assidue du todé (karaté) permettrait de former des enfants qui devenus adultes seraient, pour certains, en mesure de vaincre une dizaine d’adversaires potentiels一人にて十人勝.

Conclusion —右十ケ條の旨意を以て師範中学校に於て練習致させ前途師範を卒業各地方学校へ教鞭を採るの際には細敷御示論各地方小学校に於て精密教授 致させ候へば十年以内には全国一般へ流布致し本県人民の為而己ならず軍人社会の一助にも相成可申哉と筆記して備高覧候也  L’écrit des « 10 préceptes du todé (karaté) » mettent en avant ma conviction sur le fait qu’il est tout à fait possible de les appliquer avec l’aide des étudiants en enseignement primaire, formés à une maîtrise de base du todé (karaté) Ces futurs instituteurs 師範を卒業, une fois diplômés formeront le personnel d’encadrement des établissements scolaires d’enseignement primaire 小学校 sur l’ensemble de la préfecture (d’Okinawa) et seraient ainsi aptes à éduquer des éléments de qualité aux rudiments du todé (karaté)…. En moins de dix ans ce modèle éducatif serait à même de se développer sur l’ensemble du territoire japonais…..J’ai écrit ce document non seulement pour la population okinawaïenne 本県人民 mais également pour que les autorités militaires 軍人社会 (japonaises) aient la possibilité d’en prendre connaissance et puissent ainsi s’en servir à bon escient. Christian Faurillon karatehistorique.wordpress.com 

明治四十一年戌申十月 糸洲安 恒

Signé : Itosu Ankō 糸洲安恒 Octobre 1908

    ξ    /   Traduction: Christian Faurillon ©

 Les autorités militaires 軍部 s’intéresseront d’autant plus au programme pédagogique de Itosu 糸洲 du fait que sur cinquante élèves de la préfecture d’Okinawa qui se présentèrent à l’examen d’entrée de l’école de formation d’officiers; trois seulement furent reçus. Ces trois élèves étaient tous des élèves de Itosu 糸洲. Parmi eux le plus connu; Yabu Kentsū 屋部憲通. qui laissera une empreinte profonde dans l’histoire locale.  Christian Faurillon karatehistorique.wordpress.com 

itosu_anko_1

↑ La tombe de Itosu Ankō  糸洲安恒先生の墓 . sur la droite le volume noir est en fait une stèle qui lui est dédiée et dont on peut découvrir les détails et l’emplacement en cliquant sur le lien suivant : Les tombes de trois grands maîtres de Karaté du cimetière Makabi.

———————————————-

À l’intention des visiteurs indélicats. 
Les articles de ce blog n’ont pas vocation à être la cible de razzias numériques intempestives et de copié-collés sauvages.  
Vous pouvez bien évidement vous inspirer des contenus, vous y référer même, sans pour autant vous adonner au pillage du travail exposé sur ces modestes pages et par politesse, un lien vers ce blog (Christian Faurillon – karatehistorique.wordpress.com) est toujours le bienvenu.
———————————————-

_

retour

L’histoire du karaté Okinawaïen  沖縄空手の歴史 Christian Faurillon -フォーリヨン・クリスチャン ©2015

_

_

Publicités

Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :