les hommes de la tradition 14

Haute de page : Yabiku Moden 屋比久孟伝 . Bas de page : Taira Shinken 平信賢  ↓

titre_maitres1

Nom : Yabiku 屋比久

Prénom : Moden 孟伝

Surnom : Il était de tradition au Ryū-kyū de porter un surnom mais nous ne connaissons pas le sien.

Date de naissance et de décès : 1878-1941

Lieu de naissance : Shuri 首里 (le quartier n’est pas précisé)

On ne dispose que de peu de renseignements sur son enfance, à part le fait qu’il aurait reçu un enseignement de maître Itosu Anko 糸洲安恒, certainement dans le cadre de l’établissement où il était scolarisé, qui se trouvait à Shuri 首里 et où Itosu Anko 糸洲安恒 y était alors très influent.

Comme par la suite il est devenu instituteur; il est plus que probable qu’il a continué de recevoir lors de ses études, l’enseignement de maître Itosu Anko 糸洲安恒, et de ses disciples les plus proches; ceux-ci enseignant dans le cadre de la réputée école de formation d’enseignants scolaires Shihan Gakō → 沖縄師範学校 école fondée en 1879 et pivot de l’enseignement officiel du todé/karaté au sein de l’éducation préfectorale d’Okinawa.  karatehistorique.wordpress.com

Adolescent ou jeune adulte; son mentor martial aurait été le fameux Kanagusuku Sanda 金城真三良 maitre d’arme du ryūkyū kobujutsu 琉球古武術 de l’époque; qui lui aurait transmis un nombre important de technique et de kata(s) de kobujutsu 古武術. Nous ne savons pas si à part l’enseignement du maître Kanagusuku Sanda 金城真三良 il aurait pu bénéficier du savoir d’un autre maître de kobujutsu.  karatehistorique.wordpress.com

1911 est la date qui retient l’intention des historiens car en cette année 1911 il crée le Ryū-kyū bujutsu kenkyukaï → association de recherche des techniques martiales anciennes des Ryū-kyū 「琉球古武術研究会」 琉球古武術・型・武器

Yabiku Moden 屋比久 孟伝 étant conscient qu’en ces temps modernes où tout ce qui se rattache au passé n’est plus en grande vogue, la transmission et la tradition des techniques du ryūkyū kobujutsu 琉球古武 risquait de se perdre il se décide à fonder cet organisme. Le titre de l’association en question ne contient pas en elle même le mot  » préservation 保存 » mais celui de  » recherche 研究 « . Cependant on sent le besoin que le maître Yabiku apporte à la structuration d’une association qui de part sa reconnaissance officielle aidera à la sauvegarde des anciennes techniques martiales des iles Ryū-kyū. De fait le but est atteint car nombreux sont les maîtres actuels qui se réclament de cet organisme.

1930; le tournant

Comme décrit plus haut il est instituteur en primaire mais l’établissement où les établissements où il enseigne ne sont pas précisés. Fait surprenant il quitte son travail à 52 ans ; certainement que l’exemple du maître Funakoshi Gichin 船越 義珍 dont l’aventure sur le sol japonais à vraiment commencé en 1922, n’est pas étranger à sa décision de quitter un emploi confortable….et de surcroît à un âge avancé. Le voilà donc en 1930, il se lance dans l’aventure et part pour Tōkyō où il trouve à se loger dans le quartier de Sasazuka 笹塚.

La vie ne devait certainement pas être facile et il ne semble pas voir pu bénéficier d’un dōjō dédié uniquement à son art mais il enseigne dans des lieux allant du simple centre culturel de quartier 公民館, à quelques universités 大学 ( non précisés?) et au Département de la Police Métropolitaine de Tōkyō 警視庁

Fig-0663 – Département de la Police Métropolitaine de Tōkyo 警視庁 carte postale de la fin du 19e siècle.

1941 Onze ans seulement après son arrivée dans la capitale japonaise, Il tombe malade et décède. Ce court laps de temps lui a quand même permis de former quelques élèves dont un successeur de première importance, comme lui ryūkyūïen d’origine, le fameux Taira Shinken 平信賢(1897-1970)karatehistorique.wordpress.com

Le mouvement de sauvegarde est enclenché, le maître Taira Shinken 平信賢(1897-1970) mettra toute son énergie et son talent à amplifier la conservation et la propagation du ryūkyū kobujutsu 琉球古武術 qui prendra le nom sous lequel il est actuellement connu le : Ryūkyū kobudō 琉球古武道.

dsfr34569

titre_maitre23

Nom : Taira 平

Prénom : Shinken 信賢

Surnom : Maoushi 真牛(マウシ) pictogramme vrai真 + vache- taureau牛 牛difficilement traduisible → en chinois 真牛zhēn niú. Ce surnom semble vouloir signifier « celui qui garde son sang froid » voire « l’impressionnant  » la symbolique du taureau est lié à la puissance (Aux iles Ryū-kyū, l’animal le plus impressionnant de la faune est représenté par le taureau)

Date de naissance et de décès : 12 juin 1898 – 1er septembre 1970

Lieu de naissance : village de Nakazato ile de Kumé 沖縄県久米島仲里村

Son père avait pour nom Taira Taru (平樽) et sa mère 平カマドTaira Kamado, troisième garçon des quatre enfants (trois garçons , une fille)

Les Taira descendaient d’un famille d’un petit noble de l’île de Kumé 久米島 connu sous l’appellation d’appartenance de « Yamahiga donchi 山比嘉殿内  » Si leurs ancêtres avaient connue une relative aisance financière, ce n’était plus le cas quand Taira Shinken平 信賢 a vu le jour.

Sur les registres son nom est répertorié comme « Maézato 前里 » mais il a toujours voulu   se faire appeler « Taira 平 » comme la branche noble de ses ancêtres, nom qu’il tenait de la lignée maternelle.

C’était un enfant « vif argent  » ; turbulent, de là, certainement ce surnom de  » Maoushi 真牛 »

Dès la fin de ses études primaires effectuées à l’école de Nakazato 仲里尋常小学校, il se voit obligé de travailler pour venir en aide à sa famille. Bien que à peine sorti de l’enfance il part travailler à plusieurs centaines de kilomètres sur l’île de Kitadaitō 北大東島 travailler le minerai (mineur ?) de phosphate 燐鉱. Le travail était pénible et dangereux , un jour il se fracture la jambe droite, il est alors obligé de revenir dans son île de Kumé 久米島   le temps de sa convalescence, ensuite il repart pour l’île de Minamitadaitō 南大東島 pour un nouvel emploi ; l’île de Minamitadaitō est toute proche de son ancien lieu de travail. karatehistorique.wordpress.com

Sa blessure lui a laissé des séquelles, il boite et ses compagnons de travail se moquent de sa démarche. Taira Shinken平 信賢 vit très mal ces moqueries et ce handicap; il décide alors de s’entraîner aux arts martiaux 武術 et part pour le Japon, plus précisément à Tōkyō.

1922  – Taira Shinken平 信賢 prend le bateau de liaison qui relie l’archipel Daitō à Tokyō. Les Okinawiens « expatriés » de l’époque forment à Tōkyō un monde soudé et il faut le dire, un peu en marge de la société. Cela venait du fait que la plupart des Okinawïens ne comprenait que difficilement le japonais et leur dialecte était incompréhensible… et les japonais ni comprenaient absolument rien.  Une fois à Tōkyō il semble avoir pris assez vite contact avec le maître Funakoshi Gichin 船越 義珍 (septembre 1922) peut être qu’il loge dans le dortoir même de la Meisei juku 明正塾 (?) où enseigne le maître car les points de chutes dans la capitale ne sont pas nombreux pour un Okinawïen  . Cette rencontre va être déterminante pour Taira Shinken平 信賢; il a alors 25 ans, il restera avec le maître Funakoshi pendant 18 ans et deviendra un de ses hommes de confiance le secondant dans les cours de karaté qu’il donne dans quelques écoles et universités de la capitales karatehistorique.wordpress.com

Ces écoles et universités sont les suivantes :

Rikigun Toyama gakō 陸軍戸山学校 → École d’infanterie de Toyama

Chuo Daigaku 中央大学 → Université de Chuo

Waseda Daigaku 早稲田大学 → Université de Waseda

Nihon Ika Daigaku日本医科大学→ Université de medecine Nippon

Keiō Daigaku 慶応大学 → Université Keiō

Hōsei Daigaku 法政大学→ faculté de droit de Hōsei

Tokyō Nogyō Daigaku 東京農業大学 → Université d’agriculture de Tōkyō

Kokushikan Daigaku 国土舘大学→ Université Kokushikan

Kokugakuin Daigaku 国学院大学 → Université Kokugakuin

Fig-0665.  Rikigun Toyama gakō 陸軍戸山学校 → Portail de l’école d’infanterie de Toyama.

Fig-0666.  Rikigun Toyama gakō 陸軍戸山学校 → École d’infanterie de Toyama. un entraînement classique avec protections.

Taira Shinken平 信賢 participe également à des démonstrations pour le développement du karaté 空手紹介の演武 où il se signale par des bris de planches 板割り(1寸〈約3センチ〉6枚 qui est resté dans les mémoires.

En 1929 (1930?) il fait la connaissance du maître Yabiku Moden 屋比久 孟伝 arrivé depuis peu dans la capitale pour enseigner et développer le 琉球古武術 kobujutsu; il suit son enseignement et travail plus particulièrement le bâton 棒術 et le sai 釵術. Taira Shinken平 信賢 restera l’élève de Yabiku Moden 屋比久 孟伝 de 1929 à 1940 (juillet) ; il recevra de ses mains le « Shi-an menjyo 師範免状 » le diplôme d’enseignement en à peine trois ans d’efforts assidus ( août 1933 ) karatehistorique.wordpress.com

1932 on retrouve Taira Shinken平 信賢 dans la ville d’ ikaho 伊香保温泉 de la préfecture de Gunma 伊香保 connue pour ses sources thermales dont sont friands les japonais il est patronné par le maître Funakoshi Gichin 船越 義珍, il ouvre une annexe du dōjō Shotokan 松濤館支部道場 et où l’enseignement du karaté va de pair avec le Ryū-kyū kobujutsu

Fig-0668. rue principale de la ville d’ ikaho 伊香保温泉

En 1934 il invite le maître Mabuni Kenwa 摩文仁賢和  au dōjō d’ ikaho 松濤館支部 où il profite de son enseignement pendant six mois.

Arrive le mois d’octobre de l’année 1940 ou il se décide de revenir à Okinawa 沖縄本島  mais non pas dans son île natale mais dans l’île principale de la préfecture, à Naha 那覇市 où il ouvre un dōjō. Ce qui ne l’empêche nullement de continuer à faire de faire des allées et venues entre Okinawa et le Japon , aussi bien dans la région du kantō 関東 que du Kansaï 関西 . C’est le 8 août 1940 qu’il fonde l’association Ryū-kyū kobudo hozon kenkyukai → Association de préservation et de recherche des anciens arts martiaux des Ryū-kyū 「琉球古武道保存研究会」を設立。 À ce jour son association a réussi à préserver plus de 42 kata(s) anciens issus de huit armes différentes. Plus de la moitié de ces kata(s) est issue de l’arme du bâton. karatehistorique.wordpress.com

En 1958, 59. une carte de visite indique son adresse à Okinawa comme étant la suivante :  65 Matsuohara Naha-shi / 那覇市松尾原六五番地

Le premier juillet 1964, le maître Taira a reçu des mains du prince impérial  « Kaya no Miya Tsunenorio « 賀陽宮恒憲王 (1900 – 1978) président de la NIHON KOBUDO ASSOCIATION 全日本古武道連盟 le titre de Hanshi 範士の称号 et toujours au cours de la même année sont ouvrage le  »  Ryū-kyū Kobudo Taikan » 『琉球古武道大艦』 sort (à ses frais) de l’imprimerie.

Son ouvrage Ryū-kyū KobudoTaikan 琉球古武道大艦   Inoui(?) no maki  乾之巻 / 1964

出版元:私家版 ・昭和39年・A5横判

1970 le maître s’éteint à l’age de 73 ans à son domicile de Kamihara 那覇市神原 (Naha / Okinawa) Sa tombe se trouve à Kumé jima 沖縄久米島. En 2012 une stèle a été érigée à sa mémoire sur le lieu de sa sépulture.

À noter ; plusieurs organisations et deux courants; un japonais et l’autre okinawïen se disputent actuellement son héritage. Étant donné le nombre des élèves formés par ses soins, autant sur le sol du Japon même qu’à Okinawa, presque toutes ses organisations peuvent légitimement se réclamer de cet héritage… et puis chacun étant censé y trouver ce qu’il y cherche, je ne vais pas me pencher plus profondément sur le sujet. karatehistorique.wordpress.com

——————————————— 

À l’intention des visiteurs indélicats. 
Les articles de ce blog n’ont pas vocation à être la cible de razzias numériques intempestives et de copié-collés sauvages.  
Vous pouvez bien évidement vous inspirer des contenus, vous y référer même, sans pour autant vous adonner au pillage du travail exposé sur ces modestes pages et par politesse, un lien vers ce blog (Christian Faurillon – karatehistorique.wordpress.com) est toujours le bienvenu.
——————————————— 

_

retour

  沖縄空手の歴史 Christian Faurillon -フォーリヨン・クリスチャン ©2015

_

_

Publicités

Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :