archive

Archives de Tag: 沖縄伝武備志

Réflexions personnelles : l’Okinawaden Bubishi 沖縄伝武備志 à sa juste place… mais où se situe cette place ?…  

Comme signalé dans la page consacrée à l’Okinawden Bubishi 琉球武備志 (冲绳传武备志)  Ce dernier a eu une importante influence sur le milieu martial okinawaïen de la fin du 19 e siècle. et du début du 20 e.

Cependant cette influence ne semble pas remonter précisément au delà de la fin du 19 e siècle et pour la bonne raison qu’à ma connaissance, le maître Matsumura Sōkon 松村宗棍 ne fait aucune référence à un quelconque passage contenu dans les pages de l’Okinawden Bubishi 琉球武備志 (冲绳传武备志) alors qu’il cite, entre autres, des passages des classiques chinois tels ceux du confucianisme 四書五経.

Les maîtres Itosu 糸洲,  Funakoshi 船越,  Mabuni 摩文仁, etc  font des allusions marquées à des informations en provenance de l’Okinawaden Bubishi 沖縄伝武備志 et plus particulièrement à celles concernant la partie dite de la filiation historique.   À ce sujet, Il ne faut pas oublier que les maîtres qui font référence parfois indirectement à l’Okinawaden Bubishi 沖縄伝武備志 , étaient, pour la grande majorité, de descendance noble. Ils  ont eu de ce fait, accès à un niveau d’études supérieur auquel la la grande majorité des Okinawïens de l’époque n’avaient nullement accès.

Avoir accès aux études, c’est avoir accès aux livres 古本・古籍 et parchemins 巻物 détenus par la, leur, caste aristocratique 貴族 et d’être capable de lire le japonais ancien et surtout le chinois littéraire.

La question appropriée qu’il faudrait se poser, c’est celle de savoir pour quelle ou quelles raisons, ces maîtres ne citent pas d’autres ouvrages anciens concernant les arts martiaux ? Ou pourquoi ils ne font pas tout simplement  allusion à un voire des passages contenus par un autre éventuel ouvrage ancien ? Que ce dernier soit technique ou historique .

Je pense que s’ils ne font pas référence, directement ou indirectement, à d’autres ouvrages au contenu martial, c’est tout simplement parce qu’ils ne disposaient pas d’autres sources littéraires et/ou techniques et/ou historiques et/ou philosophiques et/ou médicinal et concernant au premier chef le sujet central de ce livre qui reste avant tout le Kempô 拳法 .  L’Okinawden Bubishi 琉球武備志  tel qu’il est et divisé en plusieurs sections et est un peu tout cela à la fois.

En outre cela pourrait expliquer notamment le fait que «des erreurs historiques» contenues dans l’Okinawden Bubishi 沖縄伝武備志 aient été rapportées telles quelles dans les différents ouvrages que les maîtres, ci-dessus cités, ont édité au début du 20 e siècle.   karatehistorique.wordpress.com

De tout cela, Il ressort que les maîtres de cette époque charnière ne semblent pas avoir pu exploiter d’autres sources que celles de l’Okinawden Bubishi 沖縄伝武備志.  et que cet inconvénient majeur ne leur a pas permis de pouvoir effectuer les rectifications nécessaires qu’ils auraient certainement apportées s’ils avaient eu la possibilité de croiser les informations de différentes sources et le loisir de les analyser plus amplement notamment à la manière dont nous le faisons, que nous pouvons le faire, à notre époque.

Cependant, il ne faut pas imputer le problème de ce « manque de références » aux destructions matérielles engendrées par la deuxième guerre mondiale.  Les maîtres avaient alors édité leurs ouvrages emblématiques bien des années avant que le conflit n’ait débuté.

Ce qui fait que j’en reviens à me répéter ; mais où alors se situe la place de l’Okinawden Bubishi  ?  karatehistorique.wordpress.com

– L’Okinawden Bubishi a été également édité en anglais sous le titre (*) «  The Bible of Karate: Bubishi /  la bible du karaté  »  titre qui est parfois repris sur des blogs ou sites de langue française.  Je suppose que , pour ce qui concerne ce livre, c’était dans un but de marketing.  Ce qui n’est pas un défaut en soi mais le titre en lui même peut prêter à confusion sur la portée réelle qu’a eu cet ouvrage dans l’éducation martiale des pratiquants de todé/karaté de l’époque.  (*) Le premier à avoir usé de ce terme « bible du karaté  » à propos du Bubishi, serait le maître Miyagi Chōjun 宮城長順 mais dans semble-t-il dans un contexte fort différent et concernant plus particulièrement le style dont il se réclamait.

L’Okinawden Bubishi 沖縄伝武備志 est un document « à valeur historique » plus qu’un ouvrage relatant de faits historiques;  il ne faut donc pas tomber dans l’excès du titre et le voir comme « la source historique majeure »  et « irréfutable »  qu’elle ne peut prétendre être.

Cet ouvrage ,  avec sa partie  — manuel technique de combat à mains nues —  est unique.  « Unique » dans le sens d’être  « le seul » ,  sans aucun concurrent;  je fais abstraction de ses multiples copies qui ne sont qu’un même.   Et c’est en grande partie ce manque de concurrence qui donne à cet ouvrage la place avantageuse et prépondérante (*) qu’il possède actuellement dans la tradition martiale des îles Ryūkyū . Ces potentiels concurrents,  ont-ils été détruits, perdus voire volés sans avoir été divulgués ou tout simplement non importés ?… il faut toujours garder à l’esprit que des concurrents,  il y en a eu en circulation dans l’empire du milieu 中国 … certes, peut être pas en grande quantité, ni à la portée de toutes les mains, mais il y en a eu et… il en reste encore suffisamment pour ce permettre de se poser la question. Il serait intéressant de savoir pour quelles raisons on n’en trouve pas la trace au sein même du royaume des îles Ryūkyū 琉球  ?    Certainement que cette interrogation restera sans réponses mais elle a le mérite d’être et demanderait à être approfondie.

(*) Je souligne :  place avantageuse et prépondérante aux îles Ryūkyū 琉球 mais nullement en Chine dont il est pourtant originaire.  Les Chinois  surnomment ce livre le « Bubishi des Ryūkyū 琉球武備志 » .

 

↑  Feuillet original, d’une version d’un Okinawaden Bubishi 琉球武備志,  détenu par monsieur Liú kāngyì 劉康毅 (Taïwan ) qui a servi pour la couverture d’une nouvelle édition (2016)  ↑   逸文出版的《琉球武備志.白鶴 羅漢 田都元帥》英文版,受到海外研究者極高的評價。  David S. Nisan and Liu Kangyi. 2016. The General Tian Wubeizhi: the Bubishi in Chinese Martial Arts History. Taipei: Lionbook Martial Arts Company. 136 pages.

 L’Okinawaden Bubishi 沖縄伝武備志 – partie 1 – présentation.

 L’Okinawaden Bubishi 沖縄伝武備志 – partie 2  – La légende de Fang Qiniang et de la boxe de la grue blanche.

 

 

 

———————————————

À l’intention des visiteurs indélicats. 
Les articles de ce blog n’ont pas vocation à être la cible de pillages numériques intempestifs et de copié-collés sauvages.  
Vous pouvez bien évidement vous inspirez des contenus, vous y référer même, sans pour autant vous adonner aux pillages du travail exposé sur ces modestes pages.
———————————————
Le shotoyounmikan.be et Guy Novo sont priés de cesser de bien vouloir copier-coller les textes de mon blog.

_

retout_top_pp

L’histoire du karaté Okinawaïen  沖縄空手の歴史 Christian Faurillon -フォーリヨン・クリスチャン ©2015

_

%d blogueurs aiment cette page :